Le site Tlaxcala est de nouveau en ligne !
The Tlaxcala site is online once again!
La página web de Tlaxcala está de nuevo en línea!
Die Website von Tlaxcala ist wieder online!
http://www.tlaxcala-int.org

Monday, 12 January 2015

Donnez-nous aujourd'hui notre terrorisme quotidien
La nouvelle arme de la propagande: le conditionnel

par Ulrich Gellermann, Rationalgalerie (Allemagne), 12/1/2015
Traduit par Michèle Mialane, édité par Fausto Giudice, Tlaxcala 
Ulrich Gellermann (*1945) est un journaliste, auteur et cinéaste allemand. Il anime le magazine en ligne Rationalgalerie, qui se livre à une critique quotidienne de la société allemande.

Chaque matin, plus rarement le soir, les services secrets occidentaux font cette prière : « Donnez-nous aujourd’hui notre dose quotidienne de terrorisme, et chaque jour de nouveaux coupables, car nous-mêmes fabriquons des coupables, amen ». Cette prière pourrait avoir été mixée à partir de sources anonymes et mise en musique pour le compte du gouvernement fédéral US. Selon les milieux bien informés proches des services secrets, des représentations publique pourraient bientôt se dérouler dans diverses capitales occidentales. La première phrase pourrait être : «Ne te retourne pas, un terroriste est là ».
De telles informations, parfaitement authentiques, déferlent actuellement sur l’innocent consommateur de médias. C’est l’organe central des services secrets internationaux, le maître du mystère BILD, qui en est le champion ; il citait récemment le général US Michael Flynn: «les attentats (parisiens) ne devraient pas nous surprendre. Nous en aurons d’autres.» Non content d’avoir été jusqu’en août dernier le chef des services secrets du Pentagone, la CIA, Flynn était aussi passé par la 82ème division aéroportée des USA, connue sous le nom de All American ou America´s Guard of Honor. C’est la première division de parachutistes de l’armée US et elle constitue avec ses 14000 hommes la première force aéroportée mondiale. Et aussi l’unité criminelle qui a piétiné sous ses lourdes bottes le droit international au Vietnam, à la Grenade, au Kosovo et au Honduras.
Certes le général n’était pas étonné après coup, mais les services secrets n’ont rien pu empêcher avant coup. La suite sur le mode conditionnel du BILD : « Selon des informations des services secrets US : Les attentats de Paris devraient donc donner le signal d’une vague d’attentats terroristes en Europe. C’est ce qu’auraient annoncé des chefs de la milice terroriste de l’ISIL, d’après des écoutes pratiquées par les USA. » Le WELT ne peut pas se soustraire aux conditionnels : « Des membres des services secrets US spécialistes des écoutes auraient réussi à capter des conversations entre dirigeants de l’ISIL. Les terroristes y auraient planifié une vague d’attentats en Europe ». Ce conditionnel effrayant pénètre le cerveau des lecteurs. Mais le JT non plus ne veut pas priver ses  spectateurs d’informations aussi alarmantes que peu fondées: il transmet sans la vérifier l’information donnée par le BILD.


Le KRONEN ZEITUNG autrichien, le BILD de la patrie de Hitler, ne peut alors pas être en reste : « Selon des informations parues dans les journaux, le MI5 - les Renseignements généraux britanniques- a mis en garde notamment les services de sécurité allemands contre des attentats visant des avions au moyen d'explosifs qui, suppose-t-on, ne pourraient être décelés par les détecteurs de sécurité. On se référerait à des instructions pour la fabrication de bombes de ce type, récemment publiées par Al Qaïda sur Internet. » Voyez comment ils sont, ces terroristes: ils ont l’amabilité de publier sur la Toile comment ils fabriquent leurs bombes, pour permettre aux services secrets occidentaux de le lire et de prendre les mesures qui s’imposent. Au fait, comment dit-on «  mes respects » en arabe ?

Si vous croyez que ces mauvais scénarios viennent d’Hollywood, vous faites erreur.  Le tabloïd auxiliaire de  l’antiterrorisme, le BILD, y arrive très bien tout seul. Il y a déjà plusieurs jours que Julian Reichelt avait trouvé la « Une » du siècle : « Pourquoi les écoutes de la  NSA sont indispensables pour nous protéger du terrorisme ».  Reichelt possède de brillants états de service comme correspondant de guerre du BILD  en Afghanistan, en Irak, au Soudan et au Liban. Il est désormais rédacteur en chef de bild.de et a récemment séjourné aux USA. Là-bas les gus des services secrets lui ont fait - bien sûr à mots couverts - des confidences effrayantes : « Nous avons clairement constaté, après chaque révélation faite par Snowden, que des terroristes connus se déconnectaient d'Internet ». Et aussi : « Nombre de journaux qui actuellement publient des caricatures au nom de la défense de la liberté sont les mêmes qui ont très durement commenté notre surveillance des conversations téléphoniques ou des boîtes mails visant à protéger notre liberté. Quand la Bundeswehr ou le BND transmettent aux USA des données permettant l’assassinat ciblé de terroristes, des membres du Bundestag n’hésitent pas  à les traiter de meurtriers ».
Après les attentats parisiens, le BILD  a défini les priorités stratégiques : mettre Snowden au trou, plus de surveillance électronique, plus de « guerre contre le terrorisme ». Nous avons besoin de la NSA, comme ça nous saurons après coup quels dangers nous courions avant coup. Et nous avons besoin de la machinerie du BILD, parce que les rafales de conditionnels à la kalachnikov protègent la liberté de l’Occident.
Le BILD, une longue tradition de propagande de caniveau (Petit bonus Tlaxcala)
Deux exemples de la prose de Julian Reichelt : à gauche, "Les bombes atomiques, outil de paix", à droite "Snowden n'est pas un héros, sauf pour ceux qui veulent faire sauter des bus à Berlin, Madrid et Londres"
6 avril 1967 :"Attentat à la bombe contre le vice-président US à Berlin : 11 conspirateurs arrêtés". BILD explique que les étudiants gauchistes avaient préparé des "cocktails Mao" pour accueillir Hubert Humphrey...
 13 avril 1968 :"Après l'attentat contre Rudi Dutschke : Terreur à Berlin ! 20 000 policiers sur le pied de guerre, émeutes au centre de Berlin".  Le 11 avril, un apprenti boulanger, lecteur assidu du BILD, avait tiré trois coups de feu sur le leader étudiant. Celui que BILD avait baptisé "Rudi le Rouge" mourra en 1979 des suites de ses blessures, âgé de 39 ans.
16 septembre 1977: 11 jours après l'enlèvement du patron des patrons allemands, l'ancien SS Schleyer, par la Fraction armée rouge (la "Bande à Baader"), BILD cite le chancelier social-démocrate Helmut Schmidt : "Nous battons les terroristes ! Jamais il n'y a eu chez nous autant de de liberté, de droits, de sécurité sociale. Nous ne laisserons pas des meurtriers nous casser ça !"


No comments: