Le site Tlaxcala est de nouveau en ligne !
The Tlaxcala site is online once again!
La página web de Tlaxcala está de nuevo en línea!
Die Website von Tlaxcala ist wieder online!
http://www.tlaxcala-int.org

Friday, 9 January 2015

Je ne suis pas Charlie

par José Antonio Gutiérrez D., 7-1-2015. Traduit par Santiago Perales, édité par Fausto Giudice, Tlaxcala



José Antonio Gutiérrez D.  est un militant libertaire colombien résidant en Irlande où il participe à des mouvements de solidarité avec l'Amérique latine et la Colombie, il collabore à la revue CEPA (Colombie) et à El Ciudadano (Le Citoyen, Chili) ,il collabore également au site web international www.anarkismo.net et au site La Pluma. Auteur de "Problèmes et possibilités de l'anarchisme" (en portugais, Faisca ed, 2011) et coordinateur du libre "Origines libertaires du Premier mai en Amérique latine"(Quimantu ed 2010).
Je tiens à clarifier d'emblée que je considère l'attentat contre les bureaux du journal satirique Charlie-Hebdo à Paris comme une horreur et que je ne crois pas qu'il soit justifiable en quelque circonstance que ce soit, de convertir un journaliste, si douteuse que soit sa qualité professionnelle, en objectif militaire. Cela vaut en France, comme en Colombie ou en Palestine.
Je ne m'identifie non plus avec aucun fondamentalisme, ni chrétien, ni juif, ni musulman, ni non plus avec le laïcisme bébête francisé, qui érige la "République" sacrée en déesse. J'apporte ces précisions, qui sont nécessaires puisque les gourous de la haute politique en Europe nous assurent que nous vivons dans une "démocratie exemplaire" avec des "grandes libertés", même si nous savons bien que  Big Brother  nous surveille et que n'importe quel discours hors cadre toléré se voit durement puni. Mais je ne crois pas qu'une condamnation de l'attentat contre Charlie Hebdo doive entraîner automatiquement qu'on porte aux nues une publication qui est, fondamentalement, un monument d'intolérance, de racisme et d'arrogance coloniale.

Des milliers de personnes, affectées par cet attentat –ce qui est compréhensible -, ont fait circuler des messages disant "Je suis Charlie" comme si ce message était le dernier cri de la défense de la liberté. Eh bien, je ne suis pas Charlie. Je ne m'identifie pas à la représentation dégradante et "caricaturale" qu'il fait du monde islamique, en pleine "Guerre contre le Terrorisme", avec toute la charge raciste et colonialiste que celle-ci comporte. Je ne peux pas voir d’un bon œil cette agression symbolique constante qui va de pair avec une agression physique et réelle, au moyen de bombardements et d'occupations militaires, dans les pays appartenant à cet horizon culturel. Je ne peux pas non plus voir d'un bon œil ces caricatures et ces textes offensants, quand les Arabes font partie des secteurs les plus marginalisés, appauvris et exploités de la société française, qui ont historiquement subi un traitement brutal : je n'oublie pas que c’est à Paris, au début des années 60, que la police a massacré à coup de matraques 200 Algériens qui demandaient la fin de l'occupation française de leur pays, déjà responsable selon les estimations d'un million de morts d'Arabes "barbares". Il ne s'agit pas de caricatures innocentes, œuvres de libre penseurs, mais de messages, produits par les médias de masse (car, bien qu’ayant une posture alternative, Charlie Hebdo appartient bien aux médias de masse), chargés de stéréotypes et de haine, renforçant un discours qui considère les Arabes comme des barbares à contenir, déraciner, contrôler, réprimer, opprimer et exterminer. Des messages dont le but implicite est de justifier les invasions des pays du Moyen-Orient ainsi que les multiples interventions et bombardements orchestrés par l'Occident, dans la défense du nouveau partage impérial. L'acteur espagnol Willy Toledo disait, dans une déclaration polémique – qui ne faisait qu'énoncer une évidence - que "l'Occident tue tous les jours. Sans bruit". Et c'est cela que Charlie et son un humour noir cachent sous forme de satire.

Je n'oublie pas la couverture du N°1099 de Charlie Hebdo, dans lequel on banalisait le massacre de plus de mille Égyptiens par une dictature militaire brutale, qui a la bénédiction de la France et des USA, avec un dessin d'un homme musulman criblé de balles, tandis qu'il essayait de se protéger avec le Coran, avec ce texte : "Tuerie en Égypte. Le Coran c'est de la merde : il n'arrête pas les balles". Certains auront trouvé ça amusant. En leur temps, des colons anglais en Terre de Feu (Argentine) trouvaient amusant de poser pour des photographies avec des indigènes qu'ils avaient "chassé", avec de larges sourires, carabine à la main, et avec le pied posé sur un cadavre sanguinolent encore chaud. Plutôt qu’amusante, cette caricature me semble violente et coloniale, un abus de cette liberté occidentale de la presse aussi fictive que manipulée. Qu'est-ce qui arriverait si je publiais aujourd'hui un journal avec en couverture la phrase : "Tuerie à Paris. Charlie Hebdo, c’est de la merde : ça n'arrête pas les balles" et une caricature du défunt Jean Cabut criblé de balles avec une copie du journal entre les mains ? Bien sûr, ce serait un scandale : la vie d'un Français est sacrée. Celle d'un Égyptien (ou d'un Palestinien, Irakien, Syrien, etc.), c'est du matériau "humoristique". C'est pourquoi je ne suis pas Charlie, puisque la vie de chacun de ces Égyptiens criblés de balles est pour moi aussi sacrée que celle de n'importe quel de ces caricaturistes aujourd'hui assassinés.

Nous connaissons déjà ce deux poids deux mesures : on va avoir droit à des discours de la défense de la liberté de presse de la part des mêmes pays qui, en 1999, ont donné la bénédiction au bombardement de l'OTAN, à Belgrade, de la station de TV publique serbe qualifiée de "ministère de mensonges", ou qui se sont tus quand Israël a bombardé à Beyrouth la station de TV Al-Manar en 2006, qui taisent les meurtres de journalistes critiques colombiens et palestiniens. Après la belle rhétorique de la liberté, viendra l'action liberticide: plus de maccarthysme au nom de l' "anti-terrorisme", plus d'interventions coloniales, plus de restrictions à ces "garanties démocratiques" en voie d'extinction, et naturellement, plus de racisme. L'Europe se consume dans une spirale de haine xénophobe, d'islamophobie, d'antisémitisme (les Palestiniens sont de fait des sémites) et cette atmosphère devient de plus en plus irrespirable. Les musulmans sont déjà les juifs de l'Europe du XXIème siècle, et les partis néo-nazis redeviennent respectables  80 ans plus tard, grâce à ce sentiment répugnant. Pour tout cela, malgré la répulsion que provoque en moi l'attentat de Paris, Je ne suis pas Charlie.

4 comments:

Anonymous said...

José Antonio, comment peux-tu imaginer un seul instant que Charb, Cabut et Kolinski étaient contre la cause Palestiniène ??? Comment peux-tu croire un instant qu'ils étaient anti-islamique. Tu n'as donc rien compris à cette caricature : il est vrai qu'on apprends pas aux élèves, en cours à lire l'humour. Mais cela est possible quand tes parents t'ont doté d'un esprit critique et d'intelligence ! Ce qu'ils ont voulu faire c'est essayer d'éveiller les consciences des musulmans : en effet ce qu'ils ont voulu dire c'est que les musulmans ne sont pas eux aussi à l'abri de l'intégrisme. Le coran est une parabole. La Bible, le Coran ou la Torah sont truffés de paraboles. Seulement il faut avoir du discernement pour les comprendre. Leur erreur a été de croire que la majorité des gens a un QI suffisamment élevé pour comprendre leurs messages qui est le même que le tiens et pourtant tu n'as même pas compris qu'ils partageaient les mêmes idées que toi !

Michèle M. said...

Je suis à peu près d'accord. En plus, on est en plein dans l'affect - cela me rappelle 'hystérie de 2002. Et je ne vais pas aller manifester côte à côte avec des gouvernants néocolonialistes et de plus en plus scandaleusement suivistes des USA, ce qui est la cause essentielle de ce que nous vivons. Il y a près de trente ans que je considère que nous sommes dans un situation implosive, personne ne m'a crue- on est si bien dans la grande (mal)bouffe, l'Internet, le foot et la bagnole!

Pascal Thiebaud said...

Le problème M Guetierez c'est qu'ils ne peuvent plus vous répondre. Je suis d'accord sur le rôle néfaste de l'occident. Al quaïda est un pure produit Américain, probablement financé par ceux-ci. Moi qui suis un individu singulier du peuple de la terre je suis pris en otage et je répète tous les jours de ne pas accepter la voix du maître, quel qu'il soit. La recherche de la vérité, la connaissance qui mène à la sagesse comment la transmettre?
La guerre que nous devons mener est celle du bien contre le mal...en nous.
Du regard que nous porterons sur l'autre dépendra notre avenir.

Gnoppod said...

@anonyme: je trouve ton intervention d'un paternalisme incroyable. Ainsi, tu est doté du sens de l'humour, bien entendu, au contraire José Antonio, ce malheureux Colombien venant d'un pays sous-développé... Et, le pauvre, sans le moindre discernement pour comprendre les symboles... Heureusement que des gens comme toi peuvent nous éclairer de leurs lumières! Personnellement, je partage l'avis de José Antonio sur le dessin, et sa démonstration avec l'application de l'idée au massacre de Charlie est excellente. En passant, "les musulmans", ça n'existe pas: il n'y a pas de groupe unique composé d'individus identiques qu'on pourrait appeler "musulmans". ça c'est un discours essentialiste typique venant d'une personne se situant dans une position dominante. Est-ce qu'on t'a demandé d'éveiller ta conscience en tant que membre des "chrétiens" après le massacre de Breijvik en Norvège? Non? Etrange, n'est-ce pas?