Today's video



28/03/2022

GILAD ATZMON
Ukraine : la perspective de la paix et ses ennemis

Gilad Atzmon, (bio) 27/3/2022
Traduit par
Fausto Giudice, Tlaxcala

Les USA, la Grande-Bretagne et l'OTAN estiment que la guerre en Ukraine affaiblit la Russie, réduit Poutine à l'état d'Amalek, renforce l'OTAN et donnera un coup de fouet au complexe militaro-industriel yankee. En conséquence, Biden, Johnson et l'OTAN souhaitent une poursuite indéfinie de la guerre.

Il est temps d'identifier qui a besoin que la guerre continue, car Biden n'est pas seul sur ce front. Zelensky veut également que la guerre continue. Il sait que tout accord avec la Russie rendrait sa situation "très compliquée". Les nationalistes ukrainiens, qui semblent combattre courageusement l'armée russe et sont encensés par tous les médias dominants occidentaux, n'accepteront pas la moindre concession territoriale. Il est difficile d'imaginer que la guerre se termine sans une telle concession, surtout si l'on considère les gains territoriaux évidents de la Russie au sud, à l'est et au nord. Et Zelensky, l'acteur, sait que son rôle théâtral actuel est, sans aucun doute, le sommet de sa carrière. À partir de maintenant, c'est la descente. Pour Zelensky, la guerre doit continuer pour toujours.

Et qu'en est-il du peuple ukrainien, veut-il que la guerre prenne fin ? Cela dépend à qui vous demandez. Si vous suivez la presse britannique et usaméricaine, vous avez l'impression que les Ukrainiens sont unis derrière leur leader dans une mission collective et suicidaire. Mais la vérité est que quatre millions de personnes ont quitté le pays, dix millions ont été déplacées à l'intérieur de l'Ukraine et ces chiffres augmentent chaque jour. Le pays est systématiquement détruit, certaines de ses villes réduites en poussière. Si c'est ce que veut le peuple, comme la BBC veut nous le faire croire, la guerre ne prendra jamais fin. Si, au contraire, les Ukrainiens sont des êtres humains ordinaires, ce qui est plus probable et constitue une hypothèse intelligente, ils doivent être très fatigués du désastre qui leur est infligé par leur dirigeant et l'Occident belliciste. En tant qu'êtres humains ordinaires, les Ukrainiens se soucient de l'avenir de leur pays, de leurs enfants, de leurs villes, de leur culture, de leur patrimoine - ils pourraient bien vouloir préserver tout cela plutôt que de mourir au "nom de ça".

Nous lisons souvent que Zelensky supplie Israël de négocier un accord de paix avec la Russie, alors qu'Israël n'est pas exactement le candidat le plus naturel pour négocier une coexistence harmonieuse. Ces dernières années, on a beaucoup écrit sur le fantasme israélien et ukrainien de remplacer la Russie comme principal fournisseur de gaz de l'Europe. La guerre actuelle en Ukraine fait d'Israël le principal fournisseur potentiel de gaz à l’Europe. Cette semaine, l'importante chaîne d'information israélienne N12 a déclaré qu' « Israël aidera l'Europe à se couper du gaz russe ». N12 rapporte que lors d'une conférence de l'Agence internationale de l'énergie à Paris, le ministre israélien de l'énergie a entamé des discussions concernant l'exportation immédiate de gaz israélien vers l'Europe.

Pourquoi Poutine s'est-il précipité pour sauver la Syrie et le régime Assad ?  Une réponse est que la Russie avait besoin d'un port méditerranéen pour sa marine. Pourquoi les Russes auraient-ils besoin d'un tel port sur la rive orientale de la Méditerranée ? Une réponse possible : Poutine a compris qu'il pourrait avoir à interférer avec un éventuel gazoduc sous-marin reliant la côte de Gaza à la Grèce. Le port de Lattaquié place la marine russe dans une position stratégique cruciale pour saper un tel projet. En d'autres termes, malgré sa collaboration actuelle avec Israël sur la Syrie, Poutine sait depuis un certain temps qu'un conflit naval avec Israël est inévitable. Bien sûr, les Israéliens le savent aussi.

Mais l'enthousiasme d'Israël pour le "rôle de négociateur de paix" a d'autres ingrédients cruciaux. La force économique actuelle d'Israël est en grande partie le résultat de l'établissement de l'État juif en tant que refuge pour l'argent des oligarques russes, et nombre de ces oligarques sont juifs et également citoyens israéliens. Si Israël devient un "courtier de la paix", alors Israël, en raison de sa neutralité, n'aura pas à participer au carnaval de sanctions contre la Russie. Si la guerre se poursuit indéfiniment, Israël ne se contentera pas de maintenir le flux constant de richesses russes vers ses banques, il deviendra en fait la principale voie de sortie de l'argent russe. Pour des raisons évidentes, Zelensky insiste pour que les pourparlers de paix reprennent à Jérusalem sous les auspices du Premier ministre Bennett. Poutine, cependant, ne semble pas enthousiaste quant à l'option de Jérusalem. Il a peut-être déjà compris comment est Israël et ce qu'il recherche.

Poutine est une énigme vivante. J'ai de bonnes raisons de croire qu'il n'est pas mentalement instable comme il est souvent décrit dans les médias dominants occidentaux. Il est plus probable que ce tacticien expérimenté ait des objectifs géopolitiques et militaires en tête. Mais le problème est que personne ne semble savoir quels sont ces objectifs. Je ne pense pas, par exemple, que Poutine ait eu l'intention d'envahir Kiev ou toute autre grande ville ukrainienne, à l'exception peut-être d'atouts stratégiques comme Mariupol. Je suis également convaincu que Poutine n'avait pas l'intention d'"imposer un changement de régime" en Ukraine. Poutine a probablement vu un danger militaire croissant provenant de l'Ukraine et de ses penchants occidentaux grandissants. Il voulait très probablement anéantir la capacité militaire de l'Ukraine et, ce faisant, envoyer un message clair à tous les pays d'Europe de l'Est. Poutine souhaitait et souhaite toujours régler le conflit avec le dirigeant ukrainien démocratiquement élu, c'est-à-dire Zelensky. Plus que quiconque, Poutine a besoin que Zelensky soit sain et sauf, au moins jusqu'à la conclusion de sa manœuvre militaire.

En tant que tel, Poutine est peut-être le seul acteur de cet horrible théâtre meurtrier à avoir une stratégie de sortie claire et un plan de coexistence future. Il est peut-être le seul dirigeant mondial à envisager la fin de ce conflit. Sa vision peut être inacceptable pour l'ensemble de l'Occident à ce stade. Elle peut être très impopulaire en Ukraine, pour des raisons évidentes. Mais il semble que personne à l'Ouest n'ait osé défier la Russie militairement et je suppose que c'est en partie parce que personne dans l'élite militaire occidentale ne croit vraiment au récit populaire selon lequel l'armée russe serait "faible" et "vaincue".

Il me semble que lorsque Biden a appelé à la destitution de Poutine en Pologne hier, c'est parce que Poutine vise à mettre un terme définitif à ce drame tragique en Ukraine, bientôt, espérons-le, alors que Biden et ses nombreux partenaires voient un avantage à prolonger ce désastre à jamais.

Aucun commentaire: